Welcome Australia

 

Nouvelle destination et nouveau road trip pour nous 4 à l’aide de notre super van Juicy (le même qu’en Nouvelle-Zélande). Au programme, nous avions prévu de faire Melbourne-Cairns soit presque 4000 kms en un mois. Au final, le camper van affichera quasiment 5000kms au compteur, soit un trajet allant du sud du Portugal au nord de la Finlande.

C’est donc à travers ses routes et sa côte-est que nous avons connu l’Australie.

Notre vision du pays des wallabys à travers :
  • Les paysages
  • Deux grandes villes rivales
  • Ses habitants
  • Les animaux

De beaux panoramas et des plaines arides

Les routes côtières offrent tout le long de très belles vues du Pacifique. Pour débuter,nous avons ainsi pu apprécier la célèbre Ocean Road. Cette route va d’Adélaïde à Melbourne en suivant de superbes falaises et ses « 12 apôtres ».

Puis nous sommes remontés. Toute la côte-est est une succession de petites villes (+ ou – grosses) et de grandes plages. La baignade n’étant pas possible partout (à cause des méduses et autres animaux dangereux), certaines plages sont bondées de monde et de surfeurs alors que d’autres sont complètement sauvages.

Dès que l’on rentre dans les terres, les paysages sont beaucoup plus arides, voir désertiques. L’air marin ayant disparu, il fait rapidement très chaud et la végétation s’est adaptée avec des forêts d’eucalyptus à n’en plus finir.

L’Australie des « Cities »

Nos stops citadins nous ont conduits à Melbourne et Sydney, les grandes rivales historiques pour le statut de capitale du pays. Pour information, c’est finalement Camberra, située entre les deux métropoles, qui a été choisie.

Cairns est également une « grande » ville mais nous n’y avons accordé que peu de temps car beaucoup moins intéressante. C’est surtout un point de départ vers la grande barrière de corail et notre billet vers la Thaïlande avec son aéroport.

Melbourne…

C’est notre premier contact avec l’Australie. Et nous avons été agréablement surpris, nous qui ne sommes pas forcément fan des grandes villes.

Le centre-ville est constitué de buildings tous plus hauts les uns que les autres avec de nombreux parcs pour apporter de la verdure au décor.

Pour avoir un petit aperçu de Melbourne, nous sommes montés dans la Sky Tower « Eureka skydeck88 ». Cette tour de 88 étages est équipée d’un des ascenseurs les plus rapides au monde puisque l’ascension se fait en moins de 20 secondes. De là-haut, la vue est vertigineuse.

Il est également très sympa de flâner, de rechercher les rues pleines de graffitis (un vrai art) ou encore de s’arrêter manger sur le pavé dans un petit resto.

Le centre-ville respire la bonne humeur et le bien-être.

La rivale Sydney

Cette autre grande ville fait partie des cités les plus agréables au monde. Le quartier d’affaires et ses grands buildings donnent sur les quais desquels on peut contempler l’Harbour Bridge et surtout le mythique opéra à la forme unique.

Pour la petite histoire, la construction de cet édifice a été à l’origine un véritable fiasco financier. Il a coûté 102 millions de dollars australiens au lieu des 7 millions prévus au début du projet.

Dans son architecture, il y plus de métal dans l’Opéra que dans le pont voisin, monstre d’acier par excellence.

Admirer ce monument était un incontournable dans notre voyage. Nous n’avons pas fait la visite complète de toutes les salles, mais préféré aller voir un spectacle à l’intérieur. Ainsi, nous avons assisté à une représentation de cirque contemporain sur le thème du Capitaine Crochet. Pour des gersois, voir Circa dans l’opéra de Sydney, ça claque !

Une ville tournée vers l’océan

Sydney est ancrée dans une anse d’où partent une multitude de ferries pour desservir des quartiers plus éloignés, des plages et les environs. Cette façade maritime apporte un charme supplémentaire à la ville.

 Ici aussi, il fait bon vivre. De nombreux parcs fleurissent la ville. Tout est propre, entretenu et la vie semble y être facile. Déguster un petit apéritif en soirée sur les quais bordant l’opéra est un des passe-temps favoris des locaux.

L’autralien way of life

On ne peut pas parler de l’Australie sans parler de ses habitants.

Car, si le pays est aussi tranquille, cela provient sûrement de la mentalité des Australiens.

Ce pays est un melting-pot des peuples tant on découvre des gens d’origines et de cultures différentes. Tous cohabitent sans conflits particuliers, du moins en apparence.

Voici notre aperçu rapide des Australiens :

Le farmer

Il est facilement reconnaissable à son pick-up avec un gros pare-buffle à l’avant, son chapeau de cow-boy vissé sur la tête, son jean et ses santiagues aux pieds. Cette description fait un peu « cliché » mais nous avons vraiment vu deux familles de farmers dans un supermarché. Tous les hommes (et les garçons) étaient habillés comme cela. Pour les filles et les femmes, c’était une petite robe à la Mary Ingalls.

Le surfeur et sa surfeuse

Blonds, bronzés, des corps de rêve avec la casquette sur la tête, le pot de crème solaire sur le visage et la planche de surf à la main.

Ils sont très nombreux en Australie. Dans ce pays qui a inventé ce sport, tout le monde glisse sur les vagues, des plus jeunes aux plus vieux, tout au long de l’année. Beaucoup terminent leur journée de travail relativement tôt (vers 17h) pour faire du sport et surtout surfer.

L’aborigène

Ces peuples traditionnels d’Australie, là depuis la nuit des temps, ont été exterminés ou exploités lors de l’arrivée des premiers colons britanniques. A l’heure actuelle, ils ne sont plus que des minorités et sont décimés dans le pays.

Nous avons vu beaucoup d’aborigènes dans la région de Cairns, au nord de l’île. Ces derniers étaient en errance et vraiment démunis dans les rues de la ville.

Les working-holiday jeun’s

L’Australie a mis en place une politique d’accueil des étrangers de moins de 30 ans. Par le biais d’un visa « Travail-Vacances », il est possible de passer 2 ans en continu sur le territoire. Seuls comptes à rendre à l’état australien, il faut justifier d’un certain nombre de jours de travail dans des secteurs donnés. Le reste du temps, c’est quartier-libre.

Du coup, nous avons croisé un très grand nombre de jeunes de tous pays qui découvraient l’Australie de la sorte.

C’est ainsi que nous avons eu le plaisir de retrouver, Joris et Marjorie, tout fraîchement débarqués de leur Gers natal pour 6 mois en terre wallaby. Avec un peu de recul et un peu plus de maturité à l’âge de 20 ans, j’aurais adoré tenter cette expérience, tant pour la découverte du pays que pour l’apprentissage de l’anglais.

Et tous les autres…

Côté population, nous pourrions aussi vous parler des campeurs (le camping est une religion ici), des chinois (dont la communauté est depuis très longtemps implantée dans certaines villes), des  familles tourdumondistes (dédicace à la Very Family Trip et aux Roux libres (encore eux)) ou encore des bikers (au look tatouage et blouson de cuir universel).

Enfin, comme le dit l’expression : « tous les goûts sont dans la nature ». Je pense surtout qu’ils sont tous en Australie.

Des animaux  partout

Il en est de même pour la faune locale, riche d’une très grande variété.

Mais avant cela, il faut savoir que l’Australie est le pays qui compte le plus grand nombre d’espèces mortelles pour l’homme.

Attention danger !

Comme, les Australiens ne font rien à moitié, toutes les petites bébêtes les plus dangereuses, les poisons les plus venimeux sont ici. Ainsi, on retrouve des mygales, de nombreux serpents, scorpions et des crocodiles…

Dans l’eau, c’est pas mal non plus. Mais n’allez pas croire que les poissons les plus gros soient les plus mortels. De nombreuses espèces de méduses prolifèrent dans les eaux australiennes notamment la Box Jellyfish dont les brûlures sont si violentes et fortes qu’elles peuvent engendrer des problèmes cardiaques voire tuer.

En clair, c’est du bonheur d’aller se baigner sur les côtes australiennes. Malheureusement, au-dessus de Sydney, il est de plus en plus difficile de se tremper dans l’océan. Quand ce ne sont pas des panneaux qui interdisent la baignade, ce sont les hélicoptères qui rodent le long des côtes pour surveiller les requins.

De plus, la présence des filets anti-méduses enlève toute envie de se rafraîchir. Ce petit carré de 20m entouré de flotteurs donne l’impression de « parc à humains ».

Au final, des plages immenses, magnifiques bordent la côte-est australienne mais personne ne se baigne. Dommage !

Dans ce zoo à ciel ouvert, nous avons eu la chance de ne croiser aucune espèce dangereuse. Nous avons quand même fait de nombreuses découvertes d’animaux beaucoup plus sympathiques.

Les peluches australiennes

Le kangourou

Aller en Australie sans voir un kangourou, c’est comme aller en Alsace et ne pas voir de cigognes. (Petite dédicace aux Alsaciens, ils se reconnaîtront). D’après les panneaux de signalisation, il y en partout. Et c’est vrai !

Malheureusement, nous en avons beaucoup vu d’écrasés sur le bord de la route.

Heureusement, leurs confrères paissaient tranquillement sous des arbres ou se promenaient. Il existe plusieurs espèces de kangourous en Australie (cf la fiche réalisée par Juliette et Victor dans notre rubrique : Fiches des enfants). Certains sont immenses et font plus de 1m80. Le wallaby, le plus répandu, ne fait pas plus de 1m.

Nous garderons longtemps comme souvenir, les deux nuits passées dans notre camping sur Magnetic Island. S’endormir dans le van, fenêtres et portes ouvertes, en compagnie de wallabys peu craintifs est juste énorme. Ils n’étaient qu’à quelques mètres de nous. Génial !

Le wombat

Voici une autre bizarrerie australienne. Moitié cochon, moitié koala, cet animal peut se croiser sur le bord des routes bien que craintif. Nous n’en n’avons pas vu en liberté, seulement en captivité.

Le koala

Sans hésitation, c’est le marsupial préféré des enfants. Tout le monde rêve d’avoir cette grosse peluche supra douce à la maison. Il y en a beaucoup sur la côte-est. Le long des routes, des passerelles sont même installées pour leur permettre de traverser. Car le koala est un animal très fidèle à son territoire. Il ne change pas de zone de prédilection ce qui fait que l’on en retrouve dans certaines villes récentes.

 

Nous avons passé notre temps à regarder les cimes des eucalyptus pour les trouver. Au final, nous n’en n’avons vu qu’un seul en liberté. Pour en rencontrer, il y a pas mal d’hôpitaux à koalas que l’on peut visiter car beaucoup sont percutés par des voitures ou attaqués par des chiens.

Enfin, il existe de très nombreux oiseaux exotiques que l’on croise en forêt, dans des parcs naturels ou simplement en ville. Parmi eux, il y a de multiples perruches de toutes les couleurs, des roussettes (chauve-souris géantes), des perroquets et bien d’autres encore.

En Australie, c’est tous les jours le spectacle des animaux.

Nos impressions

Pour conclure, nous sommes vraiment heureux d’avoir découvert ce pays avec ses paysages, ses gens, sa faune et sa flore. Ce dernier mois est passé à une vitesse folle.

Et quand on sait que nous n’avons visité qu’une infime partie du pays, cela donne le tournis.

Personnellement, je retiendrai la mentalité des Australiens : accueillants, très respectueux, tranquilles et décontractés.

2 commentaires

  1. Douat family Répondre

    C’est vraiment très beau mais ce qu’on préfère, Enzo et moi, c’est le wombat.
    Si vous nous en ramenez un dans vos bagages on l’adopte!
    Bisou
    Nathan

  2. Tatie T Répondre

    Une bien belle étape encore !
    Moi aussi je suis fan du wombat…mais j’avoue que le koala a l’air super mignon ! ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *