Un Chili-express

Nous sommes arrivés au Chili par le salar d’Uyuni, jusqu’à San Pédro d’Atacama.

Nous souhaitions visiter le nord du Chili avant de nous envoler pour le sud de l’Argentine. Au programme était prévu : le désert d’Atacama, un passage un peu plus au nord par Iqueque, sa région et la visite d’une école de la ville.

Malheureusement, nos problèmes de cartes bleues dupliquées ont contrarié nos plans et nous devons rejoindre Buenos Aires plus rapidement que prévu.

Au final, nous avons  passé 3 jours au Chili à San Pédro. Cela a été un rapide aperçu mais très intéressant.

Le passage de la frontière

Il faut savoir qu’une grande rivalité existe entre la Bolivie et le Chili depuis longtemps. Ces antécédents sont historiques. D’après les Boliviens, ils ont gagné la guerre. Toutefois, c’est le Chili qui, après ce conflit, a annexé toute la région littorale du Nord (dont San Pédro d’Atacama) pour agrandir son territoire et priver l’état bolivien d’une façade maritime. Les points de vue sont donc différents.

Et cela se ressent lorsque l’on passe la frontière, du moins celle entre Uyuni et San Pédro. En effet, nous sommes passés d’un bureau sans ordinateur à un poste frontalier chilien flambant neuf. Il y avait même la climatisation et le Wifi, histoire de montrer que nous étions arrivés au Chili. De plus,  la frontière passée, nous avons roulé sur une route bitumée contre une piste en terre avant. Bienvenue au Chili.

La route jusqu’à San Pédro est ensuite magnifique avec une vue sur le volcan Licancabur, d’un côté, et un panorama sur le désert d’Atacama de l’autre.

San Pédro, la touristique

Ce qui choque, lorsque l’on arrive, c’est la différence avec la Bolivie. Nous avons eu l’impression d’être en Europe car il y a beaucoup de touristes dans la ville, de nombreux bars et une ambiance fiesta-rasta-cool un peu surprenante.

Notre séjour

En trois jours, nous avons décidé de visiter des sites différents de ceux vus en Bolivie. Dans le désert d’Atacama, il est possible de voir des salines, des geysers (plus nombreux et plus impressionnants que ceux d’Uyuni) et des lacs d’eau salée. Sortant de 3 jours dans le salar, nous avons voulu faire autre chose.

La vallée de la Lune

Ce petit tour dans les environs de San Pédro est très agréable. Il prend une grosse demi-journée. Nous vous conseillons de le faire l’après-midi pour terminer par le coucher du soleil au mirador du Coyotte.

Pendant quelques heures, vous aurez l’impression d’être sur une autre planète. Vous traverserez une vallée avec des roches escarpées recouvertes de sel (c’était ici aussi un ancien lac). Puis, vous vous baladerez dans une grotte avant de gravir un chemin menant à la Duna Mayor et admirer la vue depuis le chemin de crête.

Lors de cette balade, nous avons recroisé Denis, un baroudeur français qui parcourt l’Amérique latine en 4X4. Nous avions fait sa connaissance à La Paz pour le retrouver au Chili un mois plus tard. Nul doute que nos chemins seront encore amenés à se rencontrer. C’est aussi cela les bons côtés du voyage : les rencontres.

click for video

Une journée VTT

Notre escapade chilienne nous a ensuite emmenés sur les bords d’un rio en vélo. Ce moyen de transport n’ayant pas encore servi aux 4 sous l’océan, nous sommes partis randonner jusqu’à la Québrada del diablo.

Cette balade en VTT de 16km est sans difficulté et traverse de beaux paysages. Elle a été, pour nous, un moment très agréable de complicité familiale. Nous avons pique-niqué, seuls, dans les fins fonds de la québrada. Que du bonheur ! Juliette et Victor ont un nouvelle fois fait preuve de persévérance dans l’effort et se sont éclatés.

Click for video

Pour les amateurs de vélo, sachez que dans ce coin, il y a plein de randonnées possibles, avec ou sans difficultés et de toutes distances. De plus, il est très facile de louer des VTT en bon état et pour pas grand-chose.

 

Une visite un peu courte

Notre aventure chilienne se termine donc prématurément au profit de l’Argentine.

De ce que nous avons vu, les paysages sont superbes, variés et les gens très accueillants. Pour confirmer les propos de Fabiola, la plus chilienne des auscitaines, les filles sont les plus jolies des Andes, ce qui ne gâche rien à la découverte.

Toutefois, nous sommes un peu frustrés de devoir partir car nous aurions souhaité en voir plus. Ce qui est sûr, c’est que nous reviendrons au Chili, un jour…

 

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *