La plongée en Thaïlande

La Thaïlande sous l’eau

Après 1 mois passé dans le sud de la Thaïlande, ses nombreuses îles et une dizaine de plongées, un petit bilan s’impose.

Tout d’abord, nous avons été agréablement surpris par la qualité des fonds. Certes, nous savions que ce coin de mer était joli, mais nous avions quelques craintes quant aux coraux. Finalement, ils ne sont pas en si mauvais état, malgré une température de l’eau élevée (29-30° au minimum). C’est la première fois que je trouve une eau si chaude. Côté faune, les fonds sont très poissonneux avec de nombreux bancs et quelques gros qui rôdent.

Notre expérience

Nous avons donc plongé sur les îles du sud de Phuket, à savoir Koh Phi Phi et sa réserve. Lorsque nous étions sur Koh Lanta, nous n’avons pas plongé au sud. Il y a là-bas de très belles rencontres sous-marines à faire.

Ensuite, nous avons visité les fonds de Koh Phangan et Kho Tao. Malheureusement il était trop tard pour aller sur les îles Similan, autre paradis thaïlandais de la plongée. A cette période, les courants remontent des saletés et les « croisiéristes plongée » stoppent leurs activités.

De plus, nous avons fait pas mal de snorkeling depuis les plages ou en excursions. Il y a de très belles choses à voir avec seulement un masque.

Des plongées pour débutant

Les sites exploités permettent de plonger en toute sécurité. Ici, pas de courant, une faible profondeur, une eau claire et chaude. Pour résumer, c’est l’endroit parfait pour découvrir et apprécier cette activité.

Juliette et Victor en ont profité pour faire leur baptême. Juliette qui a attrapé le virus comme le restant de la famille, a ensuite passé son « Open Water Junior » (1er niveau de plongée). Du côté des Gersois venus nous retrouver : 1 baptême et 3 formations niveau 1.

De nombreux clubs se sont implantés sur les différentes îles. Il y en a pour tous les goûts : des petites structures, des grosses usines à plongeurs, de la plongée dans toutes les langues… Sur Koh Tao, il y a même « l’Asia Diving Resort », hôtel à clientèle majoritairement chinoise (pauvres moniteurs !).

L’avantage de cette forte concurrence : les prix sont très avantageux. Comptez par exemple 20-25€ pour une plongée simple et moins de 250€ pour une formation Niveau1 (6 plongées). C’est beaucoup moins cher qu’en France.

Un paradis victime de son succès

Comme toute médaille, la plongée en Thaïlande a son revers.

Il est rare de se retrouver seul sur un site. Même si certains clubs, essaient de plonger en décalé pour voir peu de monde sous l’eau, les fonds sont surexploités.

Le site de Sail Rock est reconnu comme le plus beau site du golf de Thaïlande. C’est un rocher qui émerge au beau milieu de la mer. Cet endroit est surtout renommé car on peut y voir le plus gros poisson du monde : le requin-baleine.

Nous y avons plongé. C’est magnifique. Et nous étions seuls… avec les 15 autres bateaux. Dommage !

Même topo pour Shumpon. Ce site à côté de Koh Tao est victime de surpopulation subaquatique. Je me suis arrêté de compter à 9 bateaux et sous l’eau, 52 plongeurs dans mon champ de vision. Que la Nouvelle-Calédonie est loin…

Mais malgré cela, je ne peux pas vous dire que ça ne vaut pas le coup car les plongées sont sympas.

Un nouveau Big Five

Le spectacle est souvent au rendez-vous et s’il y a beaucoup de bateaux sur le site, cela veut dire qu’il y a du gros. En un coup de radio, tout le monde sait que le requin –baleine est dans les parages.

Pour nous, c’était une première. Nous l’avons vu à Sail Rock où il s’est amusé à tourner autour du bateau. Même Victor, resté sur le pont, a pu l’apercevoir. Sous l’eau, c’est toujours un moment magique de croiser un si beau spécimen. Très gracieusement, il est venu nous faire un petit coucou et même s’il s’agissait d’un juvénile (de 3 à 4 mètres), c’est quand même impressionnant.

Quelques jours plus tard, je l’ai revu au large de Kho Tao. A la taille, il s’agissait sûrement du même spécimen. Pas très farouche, nous l’avons croisé 5 fois pendant la plongée. Toujours un régal.

Si vous voulez rencontrer le requin-baleine, partez en Thaïlande en avril et vous aurez de grandes chances de le voir.

De notre côté, il ne reste plus que le requin-tigre et le grand requin blanc à croiser, pour que notre tour du monde soit complet et parfait…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *