South Africa : the last One

C’est depuis l’Espagne que je commence cet article. Barcelone ou une toute petite parenthèse de quelques jours avant le retour à la « vraie vie » ou plutôt la « vie d’avant » dans le Gers. Car le voyage touche à sa fin et il est de plus en plus difficile d’écrire sur le blog. La plume est effectivement moins fluide, plus nostalgique, car l’état d’esprit change. On commence à penser intérieurement à « l’après », on se fait ses propres bilans… et l’on se retrouve dans le même état d’esprit qu’avant le départ, mais en sens inverse. C’est-à-dire que le voyage est terminé, mais nous ne sommes  pas encore rentrés. Qu’il nous tarde de boucler la boucle tout en laissant l’anneau ouvert…

Mais nous n’en sommes pas encore à traiter l’après et d’autres articles viendront plus tard pour cela. De plus, un retour sur l’Afrique du Sud s’impose tant nous avons été charmés par ce pays.

Finir en « fanfare »

Nous nous doutions un peu, lorsque nous avons mis en place notre projet, que le choix du dernier pays était important pour terminer l’aventure. Le choix de l’Afrique du Sud n’est donc pas anodin. Le but était de réaliser de vieux rêves personnels à savoir découvrir les animaux sauvages en safari pour Emilie et plonger avec le grand requin blanc pour moi. Il y a 10 ans déjà, nous avions réfléchi à faire notre voyage de noces ici… C’est maintenant chose faite.

Mais nous ne nous attendions pas à trouver un pays aussi riche culturellement et humainement.

Enjoy Your trip

En effet, dire que le sud-africain n’est pas accueillant serait un mensonge. Comme dans beaucoup d’autres endroits, nous avons rencontré des personnes qui aiment profondément leur pays et le font partager. Ce qu’ils souhaitent, c’est que l’on ait une belle image de leurs régions. Ici, tout le monde est souriant : De « Happiness » (Bonheur) le pompiste black qui vous raconte sa vie en 5 minutes à « Ghert » ranger blanc de la réserve Sabi-Sabi et afrikaner depuis quelques générations.

Une certaine conception du service

Tout est mis en place pour que l’on profite de ses « vacances ». Partout, les services proposés étaient de qualité. Les hébergements sont tops, propres, spacieux et bien équipés.

De plus, lorsque vous faites une excursion, une visite, tout est pris en charge de A à Z. Après 3 mois et demi en Asie et 1 mois au Sri Lanka, c’est un changement radical. Cette conception du service est très anglo-saxonne, mais mixée avec la « cool-attitude » africaine, cela donne un beau mélange.

Un Melting pot culturel

Car la force de l’Afrique du Sud est bien de se nourrir de la diversité de ses populations, même si historiquement parlant, le régime de l’Apartheid reste un grand traumatisme et que tout n’est pas profondément réglé. Les gens viennent de toute l’Afrique pour trouver refuge ici. L’Afrique du sud est depuis longtemps une terre prospère grâce à ses ressources minières et son agriculture.

Les sud’Af ont donc appris à vivre ensemble malgré leurs origines différentes. Cet état ne compte pas moins de 11 langues différentes, sans compter certains dialectes tribaux.

Toute cette diversité ne laisse pas indifférent et fait le charme du pays.

Retour en « Occident »

Vous ne pouvez pas vous imaginer le bien que cela nous a fait d’arriver en Afrique du Sud. Nous étions un peu fatigués de l’Asie, son marchandage permanent, sa nourriture et son organisation. Il était temps de changer d’air, de retrouver quelques repères plus familiers.

C’est peut-être la première fois de ma vie que j’ai autant apprécié de rentrer dans un supermarché.

Arrivée à Johannesburg

Après plus de 36h de trajet : 2 escales, 4h à l’aéroport de Kuala Lumpur, 13h à Singapour, 11h d’avion et le reste, nous sommes arrivés dans la capitale sud-africaine.

De là, nous avons loué une voiture pour partir vers le parc Kruger. Nous ferons la visite de Johannesburg à notre retour.

Blade River Canyon

Arrivés à 6h30 du matin, nous avions 4h de voiture (6h30 au final) pour rejoindre la région des canyons au nord de Johannesburg. Alors oui, c’était peut-être ambitieux pour un premier jour avec la fatigue accumulée, mais la magie des lieux en vaut la peine.

Blade River Canyon est l’un des plus grands canyons au monde. Les paysages sont justes magnifiques. Des grands pics rocheux, des falaises à couper le souffle et au milieu coule une rivière… Dépaysement assuré. La route allant de cette région à la réserve du parc Kruger est aussi un régal de conduite alternant des lignes droites interminables (façon désert californien) et routes sinueuses de montagnes.

La réserve africaine Paul Kruger

Rêvé depuis plus de 10 ans, nous sommes donc arrivés dans l’un des plus grands parcs naturels au monde. Au programme, 5 jours de safari inoubliables à observer tous les animaux sauvages de la savane. Le National Park Paul Kruger est aussi la plus ancienne réserve d’Afrique. En effet, depuis plus d’un siècle, les sud-africains ont pris conscience de la richesse des lieux.

De gros efforts sont faits sur la préservation de cet environnement. Nous n’avons pas vu de détritus traîner sur le bord des routes. Aucunes poches, assiettes ou verres en  plastique ne sont distribués à l’intérieur du parc, seulement des ustensiles recyclables.

Au Kruger, tout est contrôlé.

Il est impossible de visiter le parc sans réservation et préparation. C’est donc une des rares destinations que nous avions réservée à l’avance : droits d’entrée et hébergement à l’intérieur du parc. Attention, pour les intéressés, à certaines périodes, il vaut mieux s’y prendre 6 mois avant.

2 jours et demi de self drive

C’est comme au zoo de Plaisance du Touch (pour les initiés) mais sur des centaines de kilomètres. Une fois  la porte d’entrée du parc  passée, on emprunte les différentes routes de la réserve à la recherche d’animaux. Effectuer un safari par ses propres moyens est une sensation particulière. Tout d’abord, il y a un peu d’appréhension de se retrouver nez à nez (ou plutôt pare-chocs contre défense) avec des animaux sauvages. Puis, il y a l’excitation de se mettre dans la peau du chasseur en traque et se dire : « Cet animal, c’est moi qui l’ai vu en premier »

Pour les plus inquiets, rassurez-vous il n’y a pas de risque à être seul. Les règles sont simples :

  1. Ne jamais sortir de la voiture
  2. Rouler au maximum à 40 km/h
  3. Etre sorti du parc Kruger ou arrivé à son hébergement avant 17h.

Plein les yeux

Même à  40 km/h, il est difficile de voir certains animaux. Du coup, on roule plus à 25 km/h en s’arrêtant très souvent admirer un troupeau de girafes, des zèbres près d’une mare… Rien ne sert de prendre des petits chemins pour trouver la bête rare. Les routes principales (bitumées) et secondaires (pistes en terre) sont aussi fréquentées par les animaux que les automobilistes.  Nous n’avions jamais fait de safari avant et avons beaucoup apprécié de voir tous ces animaux dans leur habitat naturel.

Nous avons fait 2jours et demi en autonomie en nous arrêtant le soir dans des « rest-camps ». Ce sont des aires protégées et surveillées pour les visiteurs. Il existe tout type de camps, des tentes aux lodges luxueux.

Pour reprendre l’expression de Juliette : « Ce sont des Zoos à l’envers , les humains sont en cages et les animaux sauvages à l’extérieur. »

Traverser le Kruger en itinérant est très sympa. Toutefois, nous conseillons de ne pas prévoir de gros trajets par jour. Prévoir au maximum 50km. Cela prend environ 5h de route, ce qui est suffisant, surtout que les camps qui vous hébergeront proposent généralement des activités complémentaires (safari nocturne, balade avec ranger…)

En Afrique du Sud, dans le Kruger, il y a le « Big Five ». Ce sont 5 animaux : l’éléphant, le léopard, le rhinocéros, le lion et le buffle. Nous les avons tous vus. Moi, mon préféré est le léopard. Un jour, nous avons dormi dans une tente. Dans un hôtel, nous sommes allés voir là où est né le Roi Lion.

Victor

En 2 jours, nous avons vu tous les membres du « big 5 » à l’exception du rhinocéros et des lions. Mention spéciale pour notre première matinée où nous sommes tombés sur un troupeau impressionnant de buffles et de zèbres. Nous en avons ainsi pris plein les yeux et pourtant, ce n’était rien avec ce qui nous attendait.

La réserve de Sabi-Sabi

Car après ces 2 jours, nous avons réservé 2 nuits dans un superbe lodge (l’éléphant Plains ) situé dans la réserve privée de Sabi-Sabi. En Afrique du Sud, il existe de nombreux parcs privés proposant également des safaris. C’est le top du top pour être sûr de voir tous les animaux de la savane. La réserve de Sabi-Sabi jouxte le parc Kruger. Il n’y a pas de clôture avec ce dernier et les animaux vont et viennent. Ce type de réserve est un condensé d’animaux avec la quasi-certitude de pouvoir  observer des fauves.

Ainsi, pour terminer l’aventure, nous nous sommes fait plaisir avec l’Eléphant Plains. L’hébergement était « de luxe » pour reprendre les mots des enfants. Au programme : 2 safaris/ jour. Le premier à 5h30 pour l’aube et le second à 15h30 pour le coucher du soleil (à 17H30).

Toutes ces activités sont encadrées par un ranger (Ghert) et son guetteur (Joie).A bord de notre 4X4, tout ouvert, nous avons ainsi pu nous approcher à quelques mètres des lions, observer 3 rhinocéros en promenade et bien d’autres animaux… C’était magique et inoubliable. Merci à nos guides pour ces moments.

Cap vers Saint Lucia

Nous avons ensuite mis le cap vers l’Océan Indien et l’estuaire de St Lucia. Beaucoup d’hippopotames vivent dans cette région. Partout dans la ville des panneaux mettent en garde contre la présence de ces gros brouteurs d’herbe qui envahissent la ville à la nuit tombée. Durant notre séjour, nous n’en avons pas croisé dans la rue.

Par contre, lorsque l’on se balade en bateau dans l’estuaire, il est impossible de ne pas les voir. Tout comme les crocodiles qui sont légion à cet endroit.

Au final, nous avons passé plusieurs jours à St Lucia. Cette petite ville est charmante. Il y plein de petites promenades à faire entre le front de mer et les bras de rivières, zones un peu « marécageuses »où l’on peut voir pas mal d’animaux.

A faire également, le sanctuaire des crocodiles qui contient quelques beaux spécimens.

Cap au sud vers Shelly beach

Après nous être gavés d’animaux sauvages, nous sommes partis explorer les fonds marins d’Afrique du Sud. Pour cela, nous avons rejoint Shelly beach, un petit village situé entre Durban et Port Edwards. Là-bas, nous avons plongé à Protéa Banks l’un des plus beaux spots du pays (cf rubrique « notre vie sous l’océan »)

Zip line

Dans la région de Shelly Beach, nous sommes allés au lac Eland. Il s’agit d’une petite réserve naturelle avec des zèbres, des girafes et de nombreux animaux. Les sud-africains viennent y pique-niquer. Au Lac Eland, il y a également la plus grande zip-line du continent. Le parcours, composé de 17 tyroliennes géantes, descend entre 2 montagnes. Pour les amateurs de sensations fortes, c’est top. Vous glisserez sur 820 mètres à plus de 70 km/h. Toute la famille s’est régalée !

Les villes d’Afrique du Sud

Enfin, après le littoral et les parcs animaliers, nous avons décidé de passer du temps à Capetown et de terminer par Johannesburg avant le grand retour.

Ces 2 villes étant tellement riches,  j’en traiterai prochainement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *