Puerto Madryn : l’air de la mer

Après un passage éclair à Buenos Aires pour régler nos histoires bancaires, nous sommes arrivés à Puerto Madryn. Cette cité balnéaire se trouve à 1200km plus au sud de la capitale, sur la côte atlantique.

Dès notre arrivée, nous avons été surpris par l’ambiance « vacances » de la ville. Retrouver la mer a été une mini-délivrance pour nous quatre. La grande bleue nous a manqué.

Nous avons passé 6 jours à Puerto Madryn. Cette cité balnéaire est relativement petite. On peut tout faire à pied, ce qui rend encore plus sympathique la ville. Mais le top, c’est de se balader sur la plage en observant les baleines qui jouent à quelques centaines de mètres dans l’eau. Lorsque c’est la saison (de juin à décembre) ne vous inquiétez pas pour les horaires, ces mammifères marins se baignent là, à longueur de journée.

Farniente sur la plage

Notre principale occupation a donc été de passer du temps sur le sable et de contempler la mer. L’histoire de la ville et ses musées ne sont pas d’un intérêt majeur.

Par contre, cette région littorale est très intéressante pour sa diversité biologique.

Le paradis des animaux

Puerto Madryn se trouve dans une anse, protégée par la péninsule Valdès qui forme une avancée naturelle sur l’océan. De nombreuses espèces marines viennent ici trouver refuge.

Les baleines (franches australes) viennent y mettre bas et élever leurs baleineaux avant de reprendre le chemin de l’antarctique pour se nourrir de krill. C’est ici que les bébés apprennent à sauter, communiquer et devenir autonome sous l’œil des mères.

De nombreuses excursions sont organisées pour aller voir les baleines en bateau depuis Puerto Madryn. Les bateaux partent du port de Puerto Pyramidès, un village de pêcheurs, pour un tour de 2h au milieu des cétacés. Cette activité est incontournable et permet de passer un moment magique.

 

click for video

Nous tenons à noter ici l’attitude responsable dans la gestion des excursions. Nos guides et différents marins ont vraiment insisté sur le respect des animaux et leur tranquillité ce qui n’est pas forcément le cas dans d’autres contrées…

De plus, d’autres espèces profitent de la tranquillité et de la sécurité des lieux pour se reproduire comme les otaries à crinière. Nous avons eu la chance de pouvoir plonger avec ces dernières pour un autre instant magique. (cf rubrique ; carnet de plongée)

La péninsule Valdès

Toute cette péninsule est classée réserve naturelle. Elle se trouve à 80km de Puerto Madryn. Pour y aller, il faut donc s’organiser. L’entrée de la réserve est payante et permet de se rendre à Puerto Pyramidès (pour les excursions baleines) et de faire le tour de la presqu’île à travers des pistes de graviers.

Pour s’y rendre : 3 possibilités

  • Bus collectivo jusqu’à Puerto Pyramidès (150 pésos soit 7,5€ l’aller) mais après on ne peut pas visiter toute la péninsule.
  • Prendre une excursion d’un jour avec baleines le matin et tour en bus l’après-midi
  • Louer une voiture.

Nous avons loué une Fiat pour la journée afin d’être le plus libre possible. Sur les pistes, nous avons vraiment eu l’impression d’être seuls au monde et nous avons pu profiter des paysages et des passages d’animaux divers et variés.

Des animaux de partout

Sur la péninsule, il n’y a pas que les baleines ou des animaux marins qui sont à observer. De nombreuses autres espèces vivent en liberté.

Pour avoir un œil aiguisé, il est important de s’arrêter au musée tenu par les rangers du parc à l’entrée de la réserve. Tous les animaux que l’on peut rencontrer y sont présentés.

Durant cette journée, nous avons ainsi croisé plein de bébêtes nouvelles : des manchots, des éléphants de mer, des guanacos (cousins du lama) des maras (animal à mi-chemin entre le lièvre et le kangourou) et un pichi, le cousin du tatou. Le tout, le long des 100km de pistes de la presqu’ile.

Un peu plus tard dans l’année, il est possible d’observer les orques en train de chasser les colonies d’éléphants de mer.

Une semaine de vacances

Pour conclure, vous l’aurez compris, cette semaine aura été pour nous, comme des vacances avec de superbes rencontres animalières. Rajoutez à cela un très bon glacier (Monkee helados) et une pension super sympa : La Tosca. Voilà pourquoi il  a été difficile pour nous de quitter Puerto Madryn.

Pourtant, nous voilà maintenant partis vers San Carlos de Bariloche (plus à l’ouest) surnommée la petite Suisse argentine, pour y découvrir d’autres paysages de montagne avec de nombreux lacs.

 

4 commentaires

  1. Douat family Répondre

    Mais que c’est beau!
    En vous lisant on entend presque l’océan !…
    Bises des Tarbais.

  2. Fabienne de l' école St Ex mat Répondre

    Bonjour à vous 4.Je suis heureuse de découvrir toutes vos photos.Un grand merci.C’est magnifique. Portez-vous bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *