La Thaïlande du Nord

Pendant 15 jours nous avons visité le nord de la Thaïlande. De Bangkok jusqu’à la frontière laotienne de Chieng Kong. Dépaysement garanti.

Bangkok : un monde à part

Bangkok est une très grande ville et heureusement que nous avons fait une escale de 2 jours à Singapour avant, afin de nous habituer à la frénésie de ces métropoles. Dans la capitale thaïlandaise, il y a des buildings partout, des avenues avec des voies de circulation dans tous les sens, une cinquantaine de scooters à chaque feu rouge, une dizaine de tuk-tuk derrière les scooters et du monde partout. Plus que du dépaysement. Bienvenue en Asie citadine.

Dans cette agitation permanente, trône une multitude de temples bouddhistes, tous plus beaux les uns que les autres. Nous en avons visité un bon nombre dont je ne vous citerai pas les noms car indiqués dans tous les guides touristiques. De plus, il faut savoir que le nom occidental n’est bien sûr pas le même que celui donné par les Thaïlandais sinon ce serait trop facile.

Le Grand Palais

Cette enceinte regroupant plusieurs monuments sacrés est incontournable. Vous pourrez ainsi découvrir le temple du Bouddha d’Emeraude (Wat Phra Kaeo) et celui du Bouddha couché (Wat Pho). Le Grand Palais est un peu le « Lourdes » laotien avec des bouddhistes venus de tous les pays environnants notamment de Chine (encore eux). Cet endroit est très fréquenté, ce qui enlève un peu de la sérénité des lieux.

C’est pourquoi il est aussi sympa de s’arrêter au coin d’une rue pour admirer l’architecture d’un des 400 temples de la capitale thaïlandaise.

Prendre le bateau

De nombreux canaux navigables et une rivière (un fleuve en réalité) : la Chao Praya, traversent Bangkok. La Venise d’Asie comme certains la surnomment,  utilise ces réseaux pour se déplacer.

Les canaux sont appelés les « klongs ». Ils permettent de se déplacer en ville et découvrir différemment la cité. Certains bateaux sont réservés aux touristes et d’autres aux Thaïs, à des prix différents bien sûr.

La rivière est également très empruntée. On peut naviguer en bateau privé, en  barge touristique ou en navette-taxi. Nous avons opté pour cette dernière, car plus authentique. C’est le tramway thaïlandais. Et ici, pas de différence de tarif. Il est possible de traverser la ville pour 15 bahts (40 centimes d’euro). Toutefois, bien regarder la couleur du drapeau sur le bateau car comme dans toutes les grandes villes, il y a plusieurs lignes de transport.

Les marchés

En se baladant, il faut également rentrer dans un marché. Non pas pour aller y acheter quoique ce soit, mais par curiosité. Il y en a une multitude dans Bangkok et ça vaut toujours le coup. On y trouve de tout (vivant, mort, mort depuis longtemps) et partout (pas de zone spécifique par spécialité). Ceci est pratique quand on veut un poisson pour midi et acheter une paire d’écouteurs ou un parfum.

Chinatown

Autre quartier incontournable : Chinatown et ses rues étroites où l’on retrouve une multitude de magasins, restaurants de rue, vendeurs d’or… Nous avons emprunté la plus longue de ces ruelles. Pour cela, nous avons pénétré dans une rue couverte, bordée d’échoppes toutes plus petites les unes que les autres. La surpopulation est de mise et l’on ne voit jamais la fin du quartier. Nous avons marché pendant plus d’une demi-heure sans nous arrêter. A la fin, il nous tardait presque de revoir la lumière du jour. Ici aussi, on trouve de tout à des prix défiant toute concurrence (on ne peut en dire autant de la qualité).

Cap au nord

Après 4 jours de frénésie quasi-permanente, nous avons repris notre route pour retrouver un peu de calme, direction Ayutthaya et Sukhothai.

Une ancienne capitale.

Située à 80 kilomètres de Bangkok, Ayutthaya est l’ancienne capitale du royaume de Siam. On y retrouve donc de nombreux temples et monuments. Certains ont été détruits par les Birmans. Nous avons pris un tuk-tuk, le véhicule national, pour visiter pendant plusieurs jours ces édifices. Généralement, les anciennes villes étaient construites sur un modèle similaire. Un peu comme un château-fort, les temples et les palais étaient construits dans un quartier entouré d’eau pour en limiter les accès. L’avantage, des centaines d’années plus tard : la proximité des lieux de visite.

Sukhotai

A plus de 400 kilomètres  au nord de Bangkok, cette ville fut créée en 1238 (de notre ère). Elle est aujourd’hui classée au patrimoine mondial de l’humanité.

En effet, la vieille ville est d’une richesse époustouflante en termes d’archéologie et d’architecture. Ici aussi, il y a de nombreux temples à visiter. Ce qui est très bien, c’est que l’on peut tout faire à vélo ou à pied car la zone est piétonne. Contrairement à Bangkok, on se sent dans ces endroits en pleine harmonie avec le calme des lieux. C’est très agréable. Et puis pour faire avancer les enfants, le vélo : il n’y a pas mieux.

Vous l’aurez compris, ce début de voyage a été beaucoup tourné vers les temples et la culture bouddhiste. Bien qu’incontournable en Asie, nous avons ensuite réduit nos visites de vieilles pierres pour découvrir différemment. L’avantage dans notre voyage, c’est que nos enfants sont de bons baromètres émotionnels. Et là, nous avons compris qu’il fallait faire d’autres choses.

Chiang Mai

Nous avons donc continué et posé nos valises à Chiang Mai.

Cette ville est également remplie de temples et statues. Mais beaucoup d’activités dans les alentours sont proposées : découverte de villages ethniques, descente en radeau de bambous, rafting ou encore des pensions pour éléphants.

De notre côté, nous sommes allés dans une ferme à orchidées, découvrir leurs plantations.

Ensuite, nous sommes allés à la rencontre de nos peurs dans l’une des nombreuses « snake-farm ». Tout d’abord, visite du parc avec les cages à serpents (cobras, pythons, boas) et des crocodiles. Puis nous avons assisté à un show avec les cobras. Très touristique mais toujours impressionnant.

Il faut savoir que dans toute la Thaïlande, on trouve de nombreuses espèces de serpents mortels notamment le cobra dans la forêt ou les rizières.

Cette région est également celle des éléphants.

2 jours à l’Eléphant Land.

Beaucoup de parcs proposent de voir les gros pachydermes. Les approches peuvent être diamétralement opposées ainsi que le respect des animaux et leur degré de liberté. Nous avons préféré choisir un camp recueillant des éléphants ayant porté des touristes pendant des années et qui viennent passer leur retraite au calme. De nombreux parcs ont cette approche bienveillante mais certains continuent d’exploiter cet animal pour divertir les vacanciers.

L’Eléphant Land est situé à 2h de 4X4 de Chiang Mai. Il faut prendre une piste bien cabossée pour se retrouver au beau milieu de la montagne thaïlandaise. En clair, ça se gagne !

Mais le jeu en vaut la chandelle car nous avons passé 2 jours mémorables.

Planter le décor

Nous sommes donc arrivés dans un petit hameau composé de 5 ou 6 cabanes en bois, traditionnelles, sans électricité mais avec l’eau courante (de la cascade en amont) et toujours le sourire de nos hôtes. Nous avons aussi fait la connaissance des 3 éléphantes du parc : 2 adultes et « une jeune ado ».Elles vivent en semi-liberté. La journée, les éléphantes sont parquées dans un grand enclos et le soir, elles regagnent seules la forêt environnante. Le lendemain matin, l’appel du ventre étant plus fort, elles reviennent dans le village demander leur nourriture. Leurs « mahouts », qui sont leurs guides et soigneurs, ne les contraignent pas à faire quelque chose qu’elles ne souhaitent pas et ne montent jamais dessus.

1ère journée

Après la route et une présentation de nos guides, nous avons passé toute la journée avec les éléphantes. Nous les avons fait manger, nous les avons promenées dans la forêt, nous leur avons  donné à manger à nouveau, nous les avons enduites de boue, rincées sous une cascade et  nous leur avons «re-redonné » à manger. En lisant notre rubrique « fiche des enfants », vous découvrirez que les éléphants mangent environ 300kg par jour ! En clair, ils ne font que dévorer.

Le soir, alors que les autres touristes sont repartis, nous avons tous les 6 passé notre petit moment, seuls avec les éléphantes (sous la surveillance des mahouts). Puis les pachydermes sont repartis dans leur jungle et nous avons passé la soirée autour d’un bon repas et d’un feu pour un coucher entre 19h30 et 20h, des étoiles plein les yeux.

2ème jour

Après un réveil matinal au chant du coq et un bon petit déjeuner, nous avons vu nos amies éléphantes faire leur arrivée dans le village. Et là devinez quoi ? On leur a donné à manger.

Puis nous les avons laissées pour partir toute la journée faire un trek dans la jungle. Durant la marche, nos deux guides nous ont présenté leur forêt. Nous avons goûté toutes les plantes et les baies comestibles, bu l’eau des lianes. Pendant quelques heures nous nous sommes pris pour des aventuriers de Ko Lanta. C’était un moment de partage très agréable.

Le clou de la journée a été le repas du midi préparé en pleine nature avec des plats en bambou, des feuilles de bananier en guise d’assiette, de vraies baguettes en tige de roseaux. Nos deux guides ont préparé un plat de nouilles avec chou et carottes, cuit au barbecue. C’était succulent. Félicitations à eux.

Enfin, nous sommes revenus au village dans l’après-midi. A notre arrivée qu’avons-nous fait ? Donner à manger à nos trois amies bien sûr !

En deux jours, nous  nous  sommes familiarisés avec les éléphants. Pour ma part, je ne pensais pas que ces animaux  étaient aussi intelligents et agiles, que ce soit avec leur trompe ou dans leurs déplacements.

Cap plus au nord vers Chiang Rai

Nous avons ensuite quitté Chiang Mai et son ambiance urbaine, pour la ville de Chiang Rai, plus petite et moins touristique. Cette dernière étape en Thaïlande avec ma mère et ma tante nous a permis de découvrir une Thaïlande plus rurale et authentique à mon goût.

En 4 jours, nous avons visité la ville, une école (Cf rubrique Un jour Une école) mais surtout ses alentours car il y a beaucoup de choses à faire autour.

Les derniers temples

Le temple blanc est l’incontournable de Chiang Rai, car construit par un architecte complètement allumé. Il est vraiment différent des autres car monochrome et habillé de statues toutes plus bizarres les unes que les autres (crânes, bêtes imaginaires, aliens…).

Les villages « long neck »

Ces villages sont peuplés d’ethnies, d’origine birmane, qui n’ont aucune légitimité et reconnaissance par l’état thaïlandais. Les habitantes vivent de leur artisanat, essentiellement du tissage et ont la particularité de porter de très grands colliers en métal autour du cou d’où leur surnom « long cou ». La visite de ses villages est controversée. Elle s’apparente à du voyeurisme touristique pour certains et une aide financière pour d’autres (leurs seuls revenus sont les entrées au village et les ventes de tissus).

Monkey cave

Ce temple et sa grotte, situés au nord de Chiang Rai, ont la particularité d’abriter une colonie de macaques. La balade se fait au milieu des singes qui font leur vie sans trop se soucier des personnes sauf si on leur donne à manger. On passe un moment sympa à les voir jouer et grimper sur la falaise. Cette visite est gratuite et vaut un petit stop en montant vers le triangle d’or.

Le triangle d’or

Cette région se situe à l’extrême nord de la Thaïlande. Le Mékong fait office de frontière naturelle entre 3 pays : Le Laos, le Myanmar (l’ex-Birmanie) et la Thaïlande. Nous avons ici découvert pour la première fois ce fleuve mythique qui fait vivre toute l’Asie du sud.

Cette région est appelée ainsi à cause de la culture de l’opium. Toutefois, la Thaïlande a fait de gros efforts pour éradiquer les plantations et diminuer le trafic de drogue.

Le «  Hall of opium Museum » retrace toute l’histoire de la région et sensibilise efficacement aux dangers de la consommation de drogue. Sorti de nulle part et tellement différent des vieux musées thaïlandais, c’est un musée moderne, interactif et très intéressant pour tout le monde (enfants comme parents). Nous vous conseillons cette visite qui se termine par un miroir et sa phrase : « It’s your choice »

Pour visiter, la partie nord de Chiang Rai, nous avons loué les services d’un chauffeur sur toute une journée. Cela fait une journée bien remplie mais permet de voir l’essentiel de la région. De plus, cette formule est avantageuse pour un petit groupe.

Retour à 4

C’est donc après presque 15 jours passés ensemble que nous avons reconduit mamie Dadelle et tatie Nadine à l’aéroport de Chiang Rai, direction la France et son épisode de froid.

De notre côté, nous avons passé un jour de plus en Thaïlande avant de rejoindre la frontière pour basculer vers le Laos et continuer notre périple en Asie du sud.

3 commentaires

  1. Desté Family Répondre

    BONJOUR VOUS 4
    Vos clichés nous tendent les bras…les couleurs d Asie sont magnifiques et bien commentées comme toujours…
    Profitez bien de ce dépaysement
    Bisous

  2. Tatie T Répondre

    Fabuleux périple ! si riche et varié…je confirme Mamie Dadelle qui m’a montré toutes les photos la semaine dernière était conquise.
    Bon retour en Thailande !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *