La Nouvelle-Calédonie sous l’eau

Après notre découverte de la Polynésie, une autre étape « plongée » nous attendait avec la Nouvelle-Calédonie. La barre ayant été mise très haute juste avant, nous nous attendions à voir de nouveaux fonds superbes. Et nous n’avons pas été déçus.

click for video

En un mois de voyage, nous avons visité le « caillou «  (quasiment dans son intégralité) ainsi que l’île des Pins et Lifou. A chaque fois, nous avons essayé de plonger.

Une activité développée… à la calédonienne.

Pour aller visiter les fonds sous-marins, nous avons dû nous armer de patience.

Tout d’abord, il faut savoir que le tourisme est peu développé en Calédonie contrairement à ce que l’on pourrait croire. L’île vit surtout de l’extraction du nickel dans ses montagnes et l’activité touristique n’est que secondaire, tout comme la plongée.

Il a donc été difficile de trouver des clubs à certains endroits, encore plus de savoir s’ils organisaient des sorties les jours demandés.

Au final : 3 clubs n’ont jamais répondu, un a annulé la sortie la veille,  faute de plongeurs.

La Calédonie : le pays du monopole

Comme dans beaucoup de secteurs sur le « Caillou », la plongée n’échappe pas au principe du monopole.

Dans chaque ville ou île, un seul club de plongée est implanté. Nouméa est la seule exception avec plusieurs structures.

Cette situation présente des avantages mais aussi des inconvénients. Le gros côté positif, c’est que l’on ne croise personne d’autre sous l’eau. Les fonds sont aussi extrêmement conservés et sauvages car peu plongés.

Les inconvénients sont que l’on peut tomber sur des personnes moins sérieuses et que pour les  prix, chacun fait ce qu’il veut.

Des fonds magnifiques

Une fois passé l’organisation et l’habillage, il ne reste plus qu’à s’en mettre plein les yeux. Car une fois sous l’eau, le spectacle est au rendez-vous.

Les coraux calédoniens sont d’une très grande beauté avec des couleurs de fous. Pour l’instant, ce sont les plus beaux récifs coralliens que nous ayons plongés.

Il faut dire que l’eau est ici plus fraîche que dans des mers tropicales. La température du lagon est aux alentours de 26°C ce qui est idéal pour les récifs coralliens qui souffrent peu de blanchiment.

Côté faune, on rencontre aussi toutes sortes d’animaux, du très petit au très gros. Malheureusement pas de Top 5 rencontré en Calédonie. Ce n’était pas la saison des baleines et pour les requins, monsieur « tigre » se fait toujours attendre.

Nos coups de cœurs

Premièrement, nous pouvons vous conseiller Hienghène (nord-est) et le Baboo club. Nous y avons effectué deux plongées. Ce qui nous a le plus surpris, c’est le côté sauvage des fonds fait d’une multitude de petites grottes et tunnels remplis de gorgones (corail qui ressemble à des arbustes) de tailles hallucinantes. A la sortie d’une de ces galeries, on rencontre des petits requins (gris ou pointe blanche) mais aussi des tortues ou des barracudas…

De plus, les plongées sont ici vraiment tranquilles : pas ou peu de courant, luminosité et visibilité excellentes.

Deuxièmement, nous avons adoré l’île des Pins. Tout d’abord, c’est juste énorme de faire des bulles un 24 décembre dans un cadre paradisiaque et au soleil. Ensuite, nous avons kiffé notre rencontre en bord de passe avec de superbes bancs de requins gris venus nous souhaiter de bonnes fêtes. Un vrai régal. Le tout dans une bonne ambiance avec des gens du club conviviaux.

Les loupés

Parce qu’il faut également en parler, nous avons quelques regrets quant à nos explorations sous-marines.

Nous n’avons pas pu plonger sur Bourrail, région connue pour ses fonds riches en requins. Dommage !

Ensuite, j’ai effectué seul 2 plongées à Nouméa à la passe de Dumbéa, le site incontournable de Nouvelle Calédonie. J’ai été énormément déçu. Il faut dire que les conditions n’étaient pas bonnes. Arrivés sur place, nous étions 3 bateaux ce qui signifie que l’on va croiser de la bulle sous l’eau. Une fois immergé, la visibilité était mauvaise et je me suis retrouvé avec une Autrichienne-boulet dans la palanquée. Résultat pour la 2ème plongée, 35 minutes sous l’eau au lieu de l’heure prévue car cette dame avait énormément consommé. Le moniteur s’est fondu en excuse à peu près 10 fois pendant le retour à terre. Plongée de m….

En conclusion, je ne suis peut-être pas objectif sur ce site et suis tombé le mauvais jour.

En deuxième-conclusion,  j’aime plonger avec Emilie. On se connaît par cœur sous l’eau ce qui la rassure énormément. Avec du recul, elle me sécurise aussi beaucoup.

Mais n’allez pas lui dire, elle serait gênée.

La Calédonie, le paradis du snorkeling

Ce petit caillou est surtout le royaume de la plongée simple avec des palmes, un masque et un tuba. Pas besoin de s’immerger dans de grandes profondeurs pour être émerveillé ; ce qui est juste génial pour les non-initiés à la plongée bouteille.

Autant dire que Juliette et Victor (alias la petite sirène et Jacques, le petit Français) s’en sont donné à cœur joie. Les voir évoluer avec une telle aisance est pour nous un réel plaisir.

Juliette, la petite sirène

Dans quelques mètres d’eau, on peut croiser toutes sortes de poissons : des petits, des gros, des jaunes, des verts, des multicolores… il n’est pas rare de rencontrer également des tortues ou des raies.

Victor accompagné, qui observe qui ?

Les récifs coralliens accessibles ou aménagés ne manquent pas sur les différentes îles. Notre top-classement reste l’île aux canards, le phare Amédée (au large de Nouméa), la piscine naturelle de Lifou et l’aquarium de l’île des pins.

Le mot de la fin

En conclusion, nous avons été charmés par les fonds de la Nouvelle Calédonie, par la richesse des coraux, par l’aspect sauvage et préservé des sites.

D’après les dernières études, le récif calédonien est le second plus beau et diversifié au monde derrière la grande barrière de corail australienne.

Notre prochaine étape nous conduisant en Australie, nous allons pouvoir en juger par nous-mêmes. Étant un peu chauvin et rugbyman français, je pense que ces recherches sont l’œuvre de scientifiques anglais un peu influencés.

Ce qui est sûr, c’est que pour les gens qui aiment l’eau, la Calédonie est un vrai paradis dont il reste encore beaucoup d’endroits à explorer.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *