Iguazù et l’amazonie argentine

Les chutes d’Iguazù sont notre avant dernière étape en Argentine ainsi que sur le continent sud-américain.

Le grand saut

En quelques heures d’avion (6-7h) il est possible de passer des glaciers de Patagonie à l’Amazonie du Rio Iguazù. C’est ça la magie de l’Argentine et c’est aussi ça la magie du voyage.

La région d’Iguazù se trouve au nord-est de l’Argentine, à plus de 1000km de la capitale, au pays des «3 frontières ». En effet, cette partie du pays est limitrophe du Paraguay et du Brésil. Les 3 pays sont ici séparés par deux rivières : le rio Iguazù et le rio Paraná.

Dans cette partie du pays, le climat y est équatorial (chaleur, fortes pluies et humidité) et la végétation luxuriante. De notre côté, nous avons eu essentiellement du soleil, ce qui nous a fait beaucoup de bien.

Quelques jours de tranquillité

Nous avons passé 5 jours à Iguazù dans la résidencia Los Amigos. Nous aurions pu rester moins longtemps (3 jours suffisent pour visiter les environs) mais nous voulions profiter de la chaleur. L’auberge « Los amigos » porte bien son nom. Elle est fort accueillante, le personnel y est très gentil, le patron prévenant et toujours avec le sourire.

Côté faune, il est possible de croiser un iguane près de la piscine. Celui que l’on a vu faisait juste 40cm de longueur. Le matin, le chant des perruches et autres oiseaux nous a réveillés quotidiennement. Le seul inconvénient de ce paradis humide : les insectes. Il y a pas mal de moustiques mais avec un peu de répulsif, ces derniers ne sont pas trop agressifs. Par contre, nous avons été piqués sur les jambes par les mêmes petites mouches qu’au Machu Picchu. On ne sent rien mais cela démange énormément après.

Côté déco, « Los Amigos » est le royaume de la récup. Pour les amateurs de meubles « palette », tout est décliné dans ce lieu : table, chaises, présentoir, desserte et chaises longues… Mais pas que, les bouteilles en plastique sont habillement recyclées pour faire des suspensions pour les fleurs. Le tout donne un ensemble fort charmant en accord avec la végétation luxuriante.

De plus, le déjeuner est compris dans la nuitée. Il est fort bon, notamment les gâteaux et les ananas. Cette auberge étant la moins chère que nous ayons trouvée en Argentine et offrant des prestations très correctes, nous ne pouvons que la conseiller aux personnes de passage dans le coin.

La visite des chutes

Les chutes sont l’incontournable d’Iguazù. D’après les guides papiers, ces cascades d’eau sont les plus impressionnantes au monde par leur puissance.

click for video

Etant à la frontière entre le Brésil et l’Argentine, on peut y aller des 2 côtés. Nous avons donc décidé de passer 2 jours à voir les chutes. Il est conseillé d’aller d’abord les voir du côté brésilien car la vue est plus panoramique et générale et ensuite côté argentin pour s’approcher au plus près de ces dernières. D’après les Argentins, les brésiliens ont la vue et les argentins ont les chutes.

Cataratas do Brasil

Le premier jour, nous sommes donc allés côté Brésil. Pour traverser la frontière, tout est prévu, simplifié et rapide. Au passage, nous avons rajouté un pays à notre passeport.

Après ce contrôle, le taxi (le même depuis Iguazù) nous a amenés jusqu’à l’entrée du parc des chutes. Pour 4 personnes, c’est le même prix que le bus collectivo. Une fois à l’intérieur, tout est organisé avec des transports qui nous conduisent jusqu’aux passerelles d’observation. Chacun prend alors le temps qu’il veut pour visiter tranquillement cette beauté de la nature.

En arrivant, nous avons été surpris par l’immensité du lieu. Plus de 300 cascades coulent sur plusieurs kilomètres de roches. C’est juste magnifique et impressionnant. Comme pour le Périto Moréno, il n’y a qu’à s’asseoir et contempler. Une journée n’est pas de trop pour profiter du paysage. Nous avons passé toute la matinée sur les passerelles.

Car le spectacle est aussi dans les arbres tout au long des passerelles. On peut apercevoir des singes et des coatis( petits mammifères de la famille du raton laveur avec un long museau). Ces animaux sont très curieux et habitués à la foule. Ils n’hésitent pas à s’approcher pour récupérer à manger. Il ne faut pas leur donner de nourriture sinon gare aux griffures.

En début d’après-midi, nous avons voulu voir les cascades de plus près en prenant le bateau. Il existe 2 types d’excursions : la balade mouillée et la sèche. En bref, une excursion se rapproche au plus près des chutes et pas l’autre.

Petit tour en bateau

Pour nous, cela a été la balade mouillée ou plutôt trempée. Mais le jeu en vaut la chandelle et la balade forte en adrénaline. En effet, la navigation dans les rapides avec un zodiaque est de haute voltige et l’approche des chutes, vraiment très « proche », est impressionnante. Les pilotes, en ciré triple protection, passent presque sous certaines chutes. Nous avons adoré bien que nous ayons eu un peu froid ensuite car, bien sûr, nous n’avions pas prévu de vêtements de rechange.

Enfin, après avoir séché au soleil, nous sommes rentrés à Iguazù en faisant un petit stop au parc des oiseaux, sur lequel nous reviendrons plus tard.

Cataratas argentinas

Notre deuxième jour a donc été consacré aux chutes côté argentin. Pour ceux qui souhaiteraient y aller et auraient très peu de temps, c’est le côté à faire.

Nous savions à quoi nous attendre du point de vue de la beauté du site car nous sommes arrivés avec des souvenirs pleins la tête de la veille. Mais nous ne nous attendions pas à une telle proximité. Les passerelles approchent au plus près les cascades. A la gorge du diable, la chute la plus grande, cette impression de puissance de l’eau est aussi forte que le bruit du lieu. Au bout du ponton, on se sent très faible par rapport à la nature.

Il faut savoir que ces chemins métalliques peuvent être fermés et démontés en saison de grandes eaux tant le débit est important. En ce moment, c’est la saison sèche et il y a peu de courant ! Mais c’est la bonne période de l’année car l’eau est claire et non boueuse.

Nous avons ensuite continué notre balade dans ce dédale de chemins artificiels pour visiter au plus près différentes chutes. Sur le site, il y a plusieurs circuits, faisant chacun plusieurs kilomètres. Ceci permet de drainer le flux de personnes et rendre encore plus agréable la marche. Une fois encore, Victor et Juliette ont été adorables et ont marché sans râler.

Ce n’est qu’au soir que nous sommes repartis avec regrets. C’est fou comme on ne se lasse pas de regarder tomber l’eau et de son côté apaisant  malgré la violence et la force des chutes.

Les environs d’Iguazù

D’autres parcs sont à visiter dans le coin.

Nous sommes allés à La Aripuca. Il s’agit ici d’un site créé par une famille dans le respect de la nature et des traditions ancestrales du peuple indigène guarani.

Dans leur langue, la Aripuca est un piège pour capturer les animaux. Dans le parc, on retrouve des arbres millénaires et une représentation géante de plus de 10m de haut, a été construite. Cet édifice impressionne par sa taille et son aspect massif. Il est composé de seulement trois arbres et est un symbole contre la déforestation galopante d’Argentine.

Le reste de la visite se fait dans de petites échoppes artisanales tenues par les guaranis.

Au final, la Aréquipa est un site sympathique mais pas exceptionnel.

Le Parque Das Aves

Au Brésil, en face de l’accès aux chutes d’Iguazù, se dresse le parc des oiseaux. Avec des enfants (ou pas), sa visite est, à notre avis, un incontournable . (prévoir 2h pour faire le tour).

On y retrouve toutes les espèces amazoniennes de la région. Des centaines d’espèces d’oiseaux évoluent dans de grandes volières que l’on traverse. Se faire frôler par un toucan (ils adorent çà) ou par un perroquet géant est une expérience sympa. La cage des aras est immense et ils sont plus d’une centaine de toutes les couleurs à voler, jouer à côté des visiteurs. C’est génial. Durant la visite, nous avons découvert de nombreuses espèces d’oiseaux, admiré aussi la ferme aux papillons et aux colibris. Pour les amateurs de reptiles et autres bébêtes étranges, messieurs les anacondas et autres boas faisaient la sieste ainsi que la tarentule et les crocodiles. De plus, il nous semble que les animaux sont en pleine forme et traités avec respect.

Bref, nous avons passé un très bon moment dans ce parc. Nous y serions bien restés plus longtemps mais nous avions visité les chutes avant et il fallait rentrer en Argentine.

Nous avons ensuite terminé notre séjour dans la ville d’Iguazù, profité de la piscine de l’hôtel et mangé une dernière parilla fort bonne.

Retour à Buenos Aires

Enfin, nous avons repris la route pour passer une semaine à Buenos Aires avant de quitter le continent sud-américain.

Notre voyage en bus de 15 heures et plus de 1200km est le dernier. C’est avec nostalgie que nous l’avons effectué, car synonyme d’une page qui se tourne dans notre aventure.

 

 

2 commentaires

  1. Lebon Répondre

    Bravo Je découvre à l instant votre voyage je me lasse pas de vous lire et voyager avec vous Merci pour ce merveilleux moment Bises à vous 4 de l île de La Réunion

  2. soubiran marie-jeanne Répondre

    Je découvre également votre voyage. Bravo.
    Avec Patrick, nous avons vu certains lieux, notamment les chutes d’Iguasu: les coatis sont de la famille des lémuriens et nous les avions surnommé « les filles », très très collantes.
    Avez-vous vu les milliers de papillons milticolores ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *