Bienvenidos en Bolivia

Nous sommes donc passés en Bolivie en longeant le lac Titicaca. Pour nous, c’était la première frontière terrestre que nous franchissions à pied. C’est assez rigolo car le bus vous fait descendre au Pérou et vous récupère en Bolivie. De notre côté, après avoir fait signer nos visas de sortie du territoire péruvien, nous avons « symboliquement » marché 300 mètres pour atteindre la Bolivie.

Puis, une fois les formalités d’entrée accomplies, nous avons rejoint la ville de Copacabana. Cette cité très touristique bordant, elle-aussi, le lac Titicaca ne représente pas un intérêt majeur de visite. Toutefois, elle permet d’accéder à « L’isla del Sol », île typique du lac à découvrir à pied lors d’une randonnée superbe allant du nord au sud.

Malheureusement, un conflit entre les communautés iliennes bloque le nord de l’île depuis quelques mois. Les visites touristiques sont cantonnées au sud. Nous ne sommes donc pas allés sur l’isla del Sol et sommes partis vers La Paz, la capitale la plus haute au monde (3600m)

Une ville spectaculaire

La capitale bolivienne est une ville enfoncée dans un creux entouré de hauts plateaux (El Alto) situés à 4000m d’altitude. En bus, on arrive par El Alto avant de littéralement plonger dans les rues de La Paz pour atteindre le centre-ville.

Après une première nuit de nouveau bruyante, nous avons élu domicile dans Sopocachi, un quartier plus résidentiel et tranquille. Pour les gens qui souhaiteraient visiter la capitale bolivienne et ayant un véhicule, nous vous conseillons la pension « wonderfull House ». Sécurisé, avec un parking et un petit jardinet charmant, cet hébergement est sympathique. Arrivé à l’adresse, il ne faut pas avoir peur de sonner car on se retrouve devant un portail noir de maison sans aucune enseigne.

Nous avons donc élu domicile ici pendant 5 jours. Nous avions besoin de nous poser un peu.

Une ville pour les enfants

Bien que possédant de nombreuses églises et musées, nous avons cherché à découvrir La Paz autrement. Beaucoup d’activités sont à réaliser avec les enfants. Voici les incontournables :

Le marché aux sorcières : pour tout le monde

Que l’on soit petit ou grand, une visite dans ce marché est obligatoire. Dans plusieurs rues adjacentes, de nombreux étals proposent des offrandes bizarres censées porter chance, prospérité ou bonheur dans sa maison. Au milieu des échoppes de souvenirs, vous pourrez acheter des fœtus de lama de différentes tailles et état de décomposition. Cette originalité de la ville, n’est pas trop « dégoutante » et peut se faire avec les enfants très intrigués par ces bizarreries. C’est également l’occasion de travailler sur le squelette mais là c’est mon côté enseignant qui parle (Stop).

Le musée Pipiripi : Plus qu’incontournable

Surplombant un parc où tous les boliviens viennent jouer au foot, ce lieu est très fréquenté des gens de La Paz. Il s’agit d’un musée dédié aux enfants avec des jeux divers et variés, des ateliers de tissage, de peinture, des spectacles de marionnettes… Nous avons passé un superbe moment en famille. Dans un immeuble et sur plus de 6 niveaux, vos enfants trouveront leur bonheur et ce, pour un droit d’entrée ridicule (3,50 bolivianos soit 0,50€).

 

Pour Juliette, le marché des enfants reste le meilleur moment alors que Victor a préféré fabriquer des bracelets incas.

Le téléphérique : une attraction utile

La ville étant dans un creux, les habitants utilisent 3 lignes de téléphériques pour se rendre sur le plateau d’El Alto. C’est le métro-andin. Pour avoir un beau point de vue de La Paz et voir la ville autrement, nous avons pris l’un d’entre eux. Cette activité plait bien évidemment aux enfants par son côté attractif.

Les restaurants du Prado : l’utile à l’agréable

En vous baladant, sur l’avenue principale de La Paz, vous rencontrerez deux restaurants réservés aux enfants : Brossolandia et Banana Joe. Il s’agit d’établissements composés de plusieurs étages dont un réservé aux plus jeunes avec d’énormes aires de jeux. La nourriture y est plus chère que dans des restos classiques mais on y trouve de tout : de la nourriture américaine, italienne mais également bolivienne avec de gigantesques parilladas de viande.

En marchant sur l’avenue, si vous ne voyez pas ces restaurants, ne vous inquiétez pas, vos enfants le feront pour vous !

Petite astuce pour les budgets serrés, vous pouvez aller y déguster une simple glace pendant que vos enfants jouent…

De parc en parc

Ce que préfèrent les enfants : s’arrêter jouer dans les différents parcs de la ville. A chaque coin de rue ou sur les placettes, de nombreux toboggans et autres aires de jeux foisonnent. Nous citerons en premier la Plaza Espaňa et la Plaza Avaroa que nos enfants ont adorées. En tant que parents, ces différents parcs ont l’avantage de faire marcher les enfants plus longtemps. Certes, il faut s’arrêter souvent mais nos chers petits sont toujours à l’affut de nouvelles découvertes.

Nos premières impressions de la Bolivie

Tout d’abord, nous tenons à nous excuser auprès des péruviens. Lorsque, dans nos précédents articles, nous trouvions leur pays « mal organisé » et joyeusement « bordélique », ce n’est rien par rapport à la Bolivie.

Certes le bolivien klaxonne moins en voiture (quoique) mais sa conduite reste la même avec des bouchons encore plus longs.

Au marché, les étalages peuvent être mélangés sans problèmes. Ce qui est pratique quand on veut acheter un museau de bœuf, un jus de fruit et une poupée. Il n’y a alors qu’à se retourner.

Même à La Paz, la capitale, la magie de l’autocollant bancaire opère. D’après l’affichage sur les vitrines, beaucoup d’établissements acceptent les cartes bleues mais ceci n’est que la théorie. Prévoyez du cash si vous venez en Bolivie…

De plus, nous avons été surpris par le comportement des boliviens. Nous les avons trouvés beaucoup moins souriants et chaleureux que les péruviens.

Toutefois, il ne faut pas généraliser et ces impressions sont à relativiser. Nous sommes arrivés dans une grande ville, « capitale administrative » de la Bolivie. Nous espérons pouvoir découvrir les boliviens autrement.

Notre prochaine étape nous conduira à Sucre, la capitale « de cœur » du pays, berceau de l’indépendance et de la culture bolivienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *