Angkor et toujours

Parce que tout le monde y va de son petit jeu de mots avec le nom de cette cité, il fallait bien commencer comme cela.

Nous voilà donc partis pour la ville de Siem Reap (attenante aux célèbres temples) depuis Sihanoukville. Cette fois-ci et afin d’éviter presque 12h de bus, nous avons pris l’avion. A 38€ le billet, nous aurions eu tort de nous embêter.

Sur place, nous avons retrouvé deux familles déjà croisées pendant le voyage. Tout d’abord, nos chers amis belges (Séverine, Jean-François, Célestin et Lucas) connus en croisière sur le Mékong. Puis « Les crêpes en vadrouille » rencontrés pour la première fois en Polynésie et à Sihanoukville. Pour la petite histoire, ces Lyonnais voyagent avec leur crêpière et un objectif de 1000 ou 1500 crêpes à réaliser durant leur tour du monde. (Merci les copains qui leur ont fixé ce challenge).

Tous réunis pour l’anniversaire de Victor

Siem Reap

La ville de Siem Reap ne présente pas d’intérêt majeur, si ce n’est la proximité avec les temples d’Angkor. Le climat est très chaud, sec, voire étouffant. En famille, il est indispensable de trouver un logement avec piscine afin de visiter le matin (très tôt) et se baigner l’après-midi. C’est ce que nous avons fait !

Dans la ville, il faut passer au marché du centre ville ainsi qu’au night-market, idéal pour acheter des souvenirs du Cambodge.

L’essentiel se trouve donc dans les vieilles pierres environnantes…

Les temples d’Angkor

Angkor, site archéologique composé d’un ensemble de ruines,  fut l’une des capitales de l’Empire khmer. Les temples furent construits approximativement du IXe au XVe siècle. C’est le site le plus fréquenté du Cambodge et l’un des plus connus d’Asie du sud. Plusieurs jours sont nécessaires pour en faire le tour.

Plusieurs formules existent à l’entrée : tickets 1 jour, 3 jours ou une semaine. Nous avons pris l’accès 3 jours afin d’y aller sur des longues matinées, très tôt, pour ne pas trop souffrir de la chaleur.

Différentes boucles sont proposées :

Le « petit circuit » :pour voir les principaux temples de la Cité, les mieux conservés et les plus importants.

Le « grand circuit » est composé de temples où la nature a repris un peu plus ses droits. Les monuments sont plus éloignés et l’on a l’impression d’être seuls au monde en les visitant.

Les temples hors-circuit. Il s’agit d’édifices encore plus éloignés dans des états de conservation plus ou moins bons. De notre côté, nous sommes allés voir le temple rose, aussi appelé citadelle des femmes. Du monde, mais très beau.

Nous ne détaillerons pas ici tous les noms des sites visités en 3 jours. Les photos parleront d’elles-mêmes. Et il y a tellement de ruines que l’on se tromperait dans leurs noms.

De plus, dans la ville de Siem Reap, tous les tuk-tuk ou agences proposent quasiment les mêmes tours. Reste à choisir le bon chauffeur. Nous reviendrons là-dessus plus tard.

Ce qui est sûr, c’est que c’est génial de se balader au milieu de ces vestiges où la nature est omniprésente. Les visites sont libres et à certains moments, on se prend rapidement pour Indiana Jones arpentant des ruines inconnues et remplies de trésors.

En résumé, l’accès 3 jours sur la zone est  vraiment très intéressante en famille avec :

  • Jour 1 : le petit circuit ( 8h- 13h)
  • Jour 2 : le grand (8h – 13h)
  • Jour 3 : la citadelle des femmes (9h – 12h)

Pour les lève-tôt, il faut aller voir le lever du soleil sur les temples. Nous vous déconseillons Angkor Wat, le plus connu, afin d’éviter un bain de foule à 5h30 du matin. D’autres endroits sont tout aussi splendides pour apercevoir les premières lueurs du jour avec beaucoup moins de monde autour.

Un bon chauffeur

Pour apprécier ces 3 jours de visite, il faut avant tout un bon tuk-tuk et un bon conducteur. Il connaîtra les heures de visites des différents temples en fonction de leur fréquentation et des arrivées de bus de Chinois. Votre chauffeur prendra des raccourcis et vous amènera aux bonnes entrées pour éviter la foule. Le tuk-tuk fera tout pour vous arranger.

Si c’est ce que vous cherchez, nous n’avons qu’un nom : Tin. Il nous a réconciliés avec la profession de chauffeur de tuk-tuk, suite à notre mésaventure de Kampot. Tin nous a été recommandé par une autre famille et nous sommes ravis d’avoir fait sa connaissance. C’est une personne attentionnée, souriante et très touchante. Il ne s’énerve jamais et est très gentil avec les enfants. De plus, il parle relativement bien l’anglais et est très réactif en termes de communication.

Il nous a beaucoup touchés, car il vit seul sur Siem Reap. Sa famille avec ses enfants (sa fierté) habitent à Phnom Penh et il ne les voit que très rarement, quand il a économisé assez d’argent pour se payer l’aller-retour. Bref, nous le recommandons +++ : Tin

Le cirque « Phare »

Ici encore, une belle histoire. Celle d’une association de cirque, née dans la ville de Battambang en 1994. L’objectif était, à travers l’art et le cirque, de sortir des jeunes en grandes difficultés de leur environnement, en leur offrant des perspectives différentes. Vingt ans plus tard, l’association a grandi, a construit un chapiteau dans la ville de Siem Reap pour profiter de l’afflux touristique, et propose des spectacles toute l’année.

Nous avons été agréablement surpris par la qualité du spectacle, que ce soit dans les différents numéros présentés, mais également les thèmes abordés (homosexualité, alcoolisme, violence…) quand on connaît l’histoire encore récente du pays. Bravo aux artistes.

C’était un très bon moment en famille qui a parfaitement clôturer notre passage au Cambodge.

Retour en Thaïlande

Pour terminer notre périple en Asie du sud, nous quittons le Cambodge pour revenir en Thaïlande. Au programme, le sud du pays avec ses îles, sa plongée et les retrouvailles de nos copains venus passer 15 jours avec nous… Le bonheur continue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *